Un présumé prédateur sexuel reste derrière les barreaux

​L'un des co-accusés dans une affaire de présumées agressions sexuelles au GHB devra rester derrière les barreaux.

L'un des co-accusés dans une affaire de présumées agressions sexuelles au GHB devra rester derrière les barreaux.

Michel Giroux, âgé de 26 ans, s'est fait refuser pour une deuxième fois une remise en liberté avant la fin des procédures judiciaires intentées contre lui.

La juge Catherine Mainville de la Cour Supérieure affirme dans une décision que le juge en première instance n'a commis aucune erreur de droit, ce qui fait que Giroux devra continuer à purger sa peine préventive en prison.

Selon le journal LeDroit, la juge Mainville considère les agressions alléguées comme étant comparables à des crimes haineux.